L​.​A​.​/​Tu es des nôtres

by Anatole

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Superbe édition de collection du dernier disque laser d'Anatole.
    Photographies : Llamaryon
    Graphisme : Ariane Petitclerc

    Includes unlimited streaming of L.A./Tu es des nôtres via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 5 days
    edition of 400 

      $10 CAD or more 

     

1.
01:40
2.
3.
4.
5.
6.
03:01
7.
8.
05:08
9.
04:31
10.
03:51

credits

released March 18, 2016

Enregistré au Studio Chénier et au Pantoum
Réalisation : Simon Paradis et Alexandre Martel
Mix : Simon Paradis
Prise de son : Simon Paradis, Alexandre Martel et Jean-Étienne Collin-Marcoux
Matriçage : Harris Newman
Photographies : Llamaryon
Graphisme : Ariane Petitclerc
Production : La Palette
Label : Pantoum Records

Paroles et musique : Alexandre Martel
Sauf Baladeur Sony - Paroles : Alexandre Martel et Emilie Desgagnés
Nova et Discollins - Musique : Alexandre Martel et Simon Paradis
Le grand sommeil - Musique : Alexandre Martel, Simon Paradis et Jean-Michel Letendre-Veilleux

Booking : pantoum.records@gmail.com

tags

license

all rights reserved

about

Anatole Québec

Le paquet d’os, nommément Anatole, loua une chambre à L.A. où il écrivit frénétiquement un paquet de chansons transpirant l’expérience urbaine américaine, la déclinant sous ses formes paranoïaques, érotiques et fugitives.

contact / help

Contact Anatole

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: L.A./Tu es des nôtres
J'ai prié
À tue-tête
Le silence
De m'épargner
Pour ne plus penser à toi
Oh non, ne plus penser à toi

On s'est faits
Engager
À contrecœur
Pour démanteler l'aube
Et ne plus penser à toi
Oh non, ne plus penser à toi

L.A., tu es des nôtres
T'as aussi peur que les autres
De la poix des ombres qui gonflent les heures

J'ai goûté
À l'hiver
De nos corps
Sans reconnaître
Que j'sais plus ce qui est vrai
Oh non, j'sais plus ce qui est vrai

On s'est mis
Dans la tête
D'épuiser
Les kilomètres
Jusqu'à plus savoir ce qui est vrai
Oh non, j'sais plus ce qui est vrai

L.A., tu es des nôtres
T'as aussi peur que les autres
De la poix des ombres qui gonflent les heures
Track Name: Baladeur Sony
Seul, sans ennuis
Et sans pantalon
Je me sentais un peu gris
D'habitude, ça en dit long

J'avais ton baladeur Sony
Accroché à mon caleçon
La musique me donnait envie
De m'étendre dans ton salon

Oh oui, danse ma jolie
Laisse tes traces au tapis
Oh oui, danse ma jolie
… Ma cassette est finie …

Je mordais dans tes lèvres
En syntonisant le bruit
Du mélange de nos sèves
Sur la bande AM de la nuit

Oh oui, danse ma jolie
Laisse tes traces au tapis
Oh oui, danse ma jolie
… Ma cassette est finie …
Track Name: Boulevard des crépuscules
Les montagnes semblent noires du haut de ma voiture
J'ai peine à percevoir les paupières de la fêlure
Qui en ces montagnes si noires perdure
Dans la poix des ombres
Qui gonflent les heures

Et l'appât du nombre
Sur les autoroutes du cœur
J'ai peur
De m'y accrocher
Survolant les cimes de la chaîne
Dans l'aurore mâtinée de grès mât et d'or pur

Qui en ces montagnes si noires perdure
Dans la poix des ombres
Qui gonflent les heures

Et l'appât du nombre
Sur les autoroutes du cœur
J'ai peur
De m'y accrocher
Survolant les cimes de la chaîne
Ou somnolant
Passé les dérives qui nous emmurent
Track Name: Mon La La Land
Notre héros s'engage
Dans la nuit néon
« Aurai-je le courage de couler jusqu'au fond
Du parfum des mirages? »
L.A. est en nage
Sous l'orbe de plomb

Dynamiter
Le cours des jours
Et y goûter
Ne serait-ce qu'une fois et y rester

Torrent de lumière
Repos d'abandon
L.A. est en âge de vivre pour de bon
Dans l’œil de l'orage

Dynamiter
Le cours des jours
Et y goûter
Ne serait-ce que pour en finir dans tes bras
Oh L.A.
Je sens nos novas vaciller

Et mourir dans tes bras
Mon La La Land
Je sens nos novas vaciller
Track Name: Aspic
Tu as des cheveux d'hélium
Et un cœur fait en aspic
Tu éteins les éclats d'opium du métrage de mon biopic

Mais elle joue d'un piano mécanique
Qui entrelace en harmonie
Ses grands ramages symphoniques
À mon bouquet d'harmonicas

Et j'ai pas peur des mots qui lui tournent autour

Laver tes os
De tous tes péchés
Et voir comme il faut que tes vers puent des pieds

Et qu'j'ai pas peur des mots qui lui tournent autour
Ni des couleurs qui irradient de ses ajours

Non j'ai pas peur des mots qui lui tournent autour
J'connais par cœur la prosodie de ses atours
Track Name: Le grand sommeil
J'attends que le grand sommeil tombe
Sur la nuque des collines
J'attends que le grand sommeil tombe
Et me laisse lester la ville
Je suis fatigué

Entre les pales
Sous la poussière des jours
Rien n'est plus pâle
Que ne le sont tes joues d'argents

J'attends que le grand sommeil tombe
Sur ma gorge de sable
J'attends que le grand sommeil tombe
Pour projeter l'increvable
Je suis fatigué

Dans le bois sacré
Des totems photographiques
J'ai trouvé, sous clef
26 épreuves argentiques

J'attends que le grand sommeil tombe
Même s'il se fait un peu trop tard
J'attends que le grand sommeil tombe
Pour gravir les étoiles du boulevard
Je suis fatigué
Enfin vient le grand sommeil
Track Name: Discollins
Tu n'auras pas le temps
D'échapper aux vautours
Non, t'auras pas le temps
Tu ne les verras qu'après coup
Mais danse avec moi,
Danse avec moi
Sous la grêle et le sang
Sous le souffre blanc

Je ferai tomber les murs
Il ne restera pas une pierre posée sur une autre
En vérité
J'allumerai la mèche d'éternité
Aux ardents de ma sèche
Ne t'en étonne pas

Tu n'auras pas le temps
D'échapper aux vautours
Non, t'auras pas le temps
Tu ne les verras qu'après coup
Mais danse avec moi
Danse avec moi
Sous la grêle et le sang
Sous le souffre blanc

Le fils des grands studios
Châtiera la catin de la mare aux diables
Gog est tombé sous les charmes des trompettes
La lune est rouillée
Les rues se drapent des paillettes
DE LA NOUVELLE L.A.
Track Name: Supernova
Elle a peur du téléphone
Qui sanglote d'ennui,
La prend par les cheveux

Et de cet oiseau-vibraphone
Sur lequel je joue toute la nuit
En solo, de mon mieux

Elle dépense mes rôles d'avance
Dirige mes pas sur la rampe
Quoiqu'on en dise

Elle aime le silence de la ville où l'hiver est trop long